STYLE PAIRING

Rallye des Caprices: Les lady drivers et leurs montres

4 novembre 2016

ladydriver_machavananty_pierrevogel

Les similitudes entre l’horlogerie et l’automobile sont désormais coutumières, les plus grandes marques de montres s’associent aux grands constructeurs pour former des partenariats et cibler ainsi l’acheteur potentiel amoureux des mécaniques. Mais lorsque l’on laisse le choix aux lady drivers d’assortir leur montre à leur voiture, il n’est plus question de recherches marketing ou de positionnement, mais d’émotions et d’histoires. Découvrons ces associations montres-voitures que formaient les participantes du « Rallye des Caprices », un rallye historique 100% féminin ayant eu lieu en Suisse et pour lequel nous avons formé un équipage Watch-Her.

Victoire pour le team Watch-Her!

Sur la ligne de départ de l’édition 2016, il y avait quelques belles carrosseries, Porsche, Ferrari, Mercedes, toutes datées des années 1960 à 1985. Notre équipage Watch-Her roulait sur la doyenne du rallye, une Porsche 911 2 L de 1965. A mes côtés – oui, c’est moi qui pilote – Sofia Clara, notre directrice artistique, qui, durant cette semaine a endossé la casquette de copilote pour me naviguer sur les routes suisses. Une tâche à laquelle elle s’est attelée brillamment puisque nous sommes toutes deux rentrées avec le premier prix, un Chronographe «Circuito» de Girard Perregaux. Une très belle pièce en titane, que nous aurons plaisir à emmener en balade dans la 911, main sur le volant pour moi et sur le trip master pour Sofia.

 

Watch-her Rallye des caprices Watch-her Rallye des caprices

Le Rallye des Caprices est une épreuve de régularité. Pour les non initiées, il s’agit d’une forme de course où l’on ne vise pas la vitesse pure, mais la constance, à savoir respecter au plus près une vitesse moyenne, les arrivées précoces comme les tardives étant lésées au classement. La chronométrie est évidemment la clef de ce genre de rallye, la régularité se calcule à la seconde près, mais à l’ère où notre smart phone et ses applications deviennent une extension de notre main, est-ce pour des raisons esthétiques que l’on choisit une montre ou selon son habilité à servir de chronomètre?

Audrey, pilote de la Porsche 911 2,4L de 1972 avait elle réuni les deux critères avec sa Rolex Daytona au poignet. Un choix racé et esthétiquement réussi, boîtier en or jaune et bracelet en cuir brun, une référence évidente au sport automobile qui s’accorde parfaitement avec la couleur orange de sa Porsche. Mais derrière la montre de la jolie fashionista se cachait aussi un beau souvenir, un cadeau de son grand-père pour ses 24 ans. Un choix légitime pour participer à son premier rallye en Porsche.

ladydriver-rallydescaprices-watch-her rallye des caprices-porsche-rolex

Une autre lady driver chicissime, Chimène, pilote de l’Alpha Romeo jaune de 1970 remportait le Prix d’Elégance décerné part les organisateurs du Rallye. A son poignet une Patek Philippe Twenty 4 en or jaune et sertie de diamants. Lancée en 1999, la Twenty 4 est la première montre femme introduite chez Patek Philippe, pensée pour accompagner les 24 heures de la vie d’une femme active et élégante qui aurait un goût prononcé pour la belle horlogerie. Une très belle pièce à nouveau choisie par un homme puisqu’il s’agit d’un cadeau de son mari pour ses 30 ans. L’élégante amatrice de montres vivant à Münich nous confie la réserver pour les moment où elle se sent bien entourée, l’élégance n’était pas qu’à son poignet, mais aussi dans sa personnalité.

ladydriver-rallydescaprices-watch-her-patekphilip rallye des caprices patek philippe twenty 4

Du côté des prestigieuses carrosseries italiennes, il y avait une Ferrari 308GTS de 1980 pilotée par Nathalie. A son poignet se trouve une très féminine montre Cat’s Eye Bloom de Girard Perregaux. Sertie de diamants et décorée de motifs fleuris, la montre au boîtier ovale est un souvenir de sa victoire à l’édition 2015 du Rallye des Caprices. Une association voiture-montre qui nous rappelle que Girard Perregaux produisait des chronos Ferrari dans les années 2000 avant de céder sa place à Hublot.

rallye des caprices girard perregaux ladydriver-rallydescaprices-watch-her-girardperreaux

Plus loin, l’Alfa Romeo Giulietta Spider bleu ciel de 1964 de l’équipage Marie-Thérèse et Elody a retenu notre attention, un team portant des Rolex au quotidien. Elody ne jure que par sa Lady Datejust qu’elle s’est offerte pour célébrer son retour des Etats-Unis à Paris. Son côté pratique, résistant, et sa petite taille l’ont séduite et elle ne s’en lasse pas. Marie-Thérèse porte elle aussi habituellement une Rolex Datejust, cadeau de son mari pour la naissance de sa fille. Le très exclusif tourbillon-squelette en titane d’Audemars Piguet qui se trouvait à son poignet pendant le rallye lui a été prêté par son sponsor. Une édition limitée de la Royal Oak produite à 25 pièces, qui confirme la grandeur d’âme de ce très gentil partenaire. Un duo Alfa-Royal Oak très italien et plein d’émotion qui rappelle la naissance difficile de la célèbre Royal Oak.

En 1971, la veille de la foire de Bâle, le designer Gérald Genta reçoit le mandat impossible de créer une montre sport de luxe pour le marché italien. Si les croquis ont tout de suite séduit l’élégante clientèle, son arrivée sur le marché fût un peu plus chaotique. Prix trop élevé, choix de l’acier à la place de l’or, crise du quartz, plusieurs facteurs négatifs s’enchainent et les ventes de la Royal Oak ne décollent pas… Jusqu’à ce que, 3 ans plus tard, Gianni Agnelli – le grand patron du groupe Fiat – la sorte de l’ombre. La popularité de la montre est immédiate et les belles années commencent pour ce modèle emblématique de la marque.

ladydriver-rallydescaprices-watch-her-rolex2 ladydriver-rallydescaprices-watch-her-rolex3 rallye des caprices tourbillon audemard piguet

Equipage n°8, Joana et Cecilia et leur Mini Cooper. Alors que la copilote chronomètre le parcours à l’aide de son Apple Watch bracelet maille milanaise, la pilote, Cecilia, porte au poignet un classique de la montre branchée, une Chanel J-12 en céramique noire. Un modèle conçu en 2000 par Jacques Helleu, lui aussi amateur de voitures anciennes, qui voulait créer une montre sportive et résistante pour lui. Déclinée en deux couleurs, noir et blanc, la montre céramique aux allures high-tech connait immédiatement un succès commercial et se positionne comme une montre unisexe. Un choix sportif et élégant qui définit très bien la personnalité cosmopolite de sa propriétaire, directrice d’une agence de communication qui vit entre la Suisse et St-Barth.

ladydriver-rallydescaprices-watch-her-chanelj12-cecilia rallye des caprices chanel j-12

Parmi tout ce luxe, une intruse ou plutôt une petite excentricité de la part d’une lady driver hors du commun. Lisa-Maria s’était déjà distinguée par son tempérament de feu et sa bonne humeur imperturbable, sans parler de la Toyota Sports 800 aux plaques portuguaises qu’elle conduisait pendant le rallye, mais c’est à son poignet que notre regard c’est arrêté, sur une Swatch couleur orange. Elle la porte avec tant d’élégance qu’il n’y aurait pas eu besoin de se demander comment elle était arrivée là. Mais pourtant nous aurons le fin mot de l’histoire de ce choix original: Lisa vient de subir un cambriolage et toutes ses montres ont disparu. Nous la savons d’ores et déjà entrain de refaire sa collection auprès des plus grandes manufactures, mais personnellement je trouve que cette Swatch orange lui va très bien.

rallye des caprices ladydriver-rallydescaprices-watch-her-swatch

Quant à l’équipage Watch-Her, nous mesurions le temps à l’aide de nos chronographes Zenith, une El Primero 1969 pour moi et pour ma copilote une El Primero Lady Chronograph avec squelette sertie de diamants. En tant que lady driver et passionnée d’automobile historique, le chronographe le plus précis du monde me paraissait être mon meilleur atout pour vérifier en temps voulu le décompte de ma copilote (oui, je sais, je suis un peu autoritaire).

rallye des capricesladydriver_rallyedescaprices-watch-her-machavananty-zenith-elprimero

En conclusion, en dehors de sa fonction d’accessoire de mode, c’est au volant, plus précisément lors d’épreuves chronométrées que la montre s’illustre, grâce à ses aptitudes de chronométrie, rendant le fidèle smartphone insignifiant. En effet, chaque pilote du Rallye des Caprices portait bel et bien une montre, et hormis la Rolex Datejust, il n’y en avait pas deux de semblables, permettant ainsi de vérifier la diversité de l’offre horlogère pour les femmes. Des choix que l’on qualifiera de féminins et qui confirment le lien entre la montre et la personnalité de son propriétaire. Jusqu’à présent on a pu considérer la femme comme une consommatrice occasionnelle de montres au choix d’avantage émotionnel que celui d’un homme, mais attention, la tendance s’inverse!

Sur ces bonnes paroles je vous laisse: un magnum de champagne m’attend pour célébrer notre victoire comme il se doit!

Photos credits: Sofia Clara

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply


*