SPECIAL FX

Special FX: Haute mécanique pour dame au GPHG 2016

10 novembre 2016

gphg2016-01

L’observation du panel des 72 montres, réparties en 12 catégories, préselectionnées pour l’édition 2016 du Grand Prix d’Horlogerie de Genève permet de dégager les tendances techniques et créatives mises en oeuvres par les marques participantes. Et parmi ces tendances, un constat s’impose: une des catégories les plus audacieuses est assurément celle de la Haute Mécanique pour Dame.

Ce n’est pas une surprise. L’offre horlogère a beaucoup évolué ces dernières années afin de tenir compte de l’intérêt croissant de la clientèle féminine pour les belles mécaniques et complications. C’est ainsi que s’est développé un segment particulier, celui de la haute horlogerie féminine, qui, s’il partage des points communs avec son alter ego masculin, n’en possède pas moins ses propres codes. Car il ne s’agit pas seulement d’adapter un mouvement tourbillon dans un contexte différent pour séduire cette clientèle exigeante. Une montre féminine de haute horlogerie aboutie est celle qui parvient à mettre la technique au service de l’émotion et dont l’approche décorative doit être en harmonie avec la ou les complications proposées. Une sorte d’alchimie subtile à trouver et à appliquer la plupart du temps avec des contraintes supérieures à celles des montres masculines compte tenu des tailles de boîtiers plus petites et plus fines.

Ce sont bien ces défis supplémentaires et la relation originale qu’elles créent avec le temps qui passe qui rendent les montres de Haute Horlogerie féminine si fascinantes. C’est la raison pour laquelle nous allons vous proposer de découvrir toutes les deux semaines une représentante de ce segment ainsi que ses particularités qui expliqueront le coup de projecteur que nous lui donnerons. Attendez-vous à un voyage vers une destination où la mesure du temps est alternative et où les mouvements mécaniques franchissent des limites insoupçonnées!

Les 6 montres préselectionnées dans la catégorie Haute Mécanique pour Dame de l’édition 2016 du Grand Prix d’Horlogerie de Genève traduisent évidemment l’ambition des marques pour ce segment. Elles peuvent être classées en deux groupes:

– celles qui proposent des affichages du temps originaux et décalés ou une fonction inattendue

– celles qui excellent par l’intégration des éléments décoratifs autour d’un tourbillon

Le premier groupe rassemble la Christophe Claret Marguerite, la Louis Vuitton Tambour Color Blossom Spin Time et la Ludovic Ballouard Upside Down Art Deco. Le second groupe est composé des trois montres tourbillon: la Bulgari Serpenti Incantati Tourbillon Lumière, la Girard-Perregaux Cat’s Eye Tourbillon sous Pont d’Or et l’Ulysse Nardin Tourbillon Pearl.

Ma sensibilité personnelle me fait pencher vers les montres du premier groupe car elles vont au-delà de l’affichage traditionnel du temps. La Louis Vuitton Tambour Color Blossom Spin Time reprend un des thèmes favoris de la marque avec l’utilisation de cubes rotatifs qui servent à afficher l’heure. Le système d’heures sautantes est donc réinventé et devient ludique.

La Ludovic Ballouard Upside Down Art Deco joue sur le même créneau avec un mécanisme d’heures sautantes imaginatif et amusant. L’heure en cours est celle affichée par le petit disque des heures qui est dans le bon sens… les onze autres restant à l’envers. Lorsque l’heure change, deux disques pivotent et le changement d’heure se ressent au poignet même sans regarder le cadran!

La Marguerite de Christophe Claret affiche le temps de façon classique grâce à deux papillons. Mais alors, pourquoi l’ai-je classée dans ce groupe? Tout simplement parce qu’en activant le poussoir supérieur, les chiffres du cadran laissent la place à un message qui peut être personnalisé  lors de la commande de la montre. Une façon de créer une intéraction fort romantique avec la montre! De plus la masse oscillante permet de s’adonner au jeu du « He loves me, he loves me not »… pour toutes celles qui ont le coeur accroché!

Le second groupe met en valeur les nettes différences de traitement d’une complication similaire, le tourbillon, par les trois marques. Chacune est bien fidèle à sa réputation. Bulgari choisit une approche exhubérante mais non dénuée de raffinement. La façon dont le serpent se love pour créer la lunette de la montre est un régal pour les yeux.

Ulysse Nardin adopte une démarche plus sobre et épurée mettant en valeur l’architecture du mouvement pour renforcer son côté léger et aérien. Mais légéreté ne veut pas dire simplicité: la décoration des ponts requiert une parfaite maîtrise compte tenu de leur finesse. La nacre apporte aussi une touche très appaisante et sereine.

L’originalité de la Girard-Perregaux Cat’s Eye Tourbillon sous Pont d’Or réside dans la forme du boîtier et dans la décoration très délicate du cadran nacré. Le pont du tourbillon est imposant mais c’est la marque de fabrique de la manufacture et il apporte du caractère à l’ensemble.

La compétition s’annonce serrée entre ces 6 dignes représentantes de la catégorie même si à titre personnel, j’ai une  préférence pour la montre de Ludovic Ballouard, pour son originalité, sa décoration discrète et harmonieuse et la beauté de son mouvement pouvant combler les amatrices de haute horlogerie les plus  intransigeantes.

En tout cas, la présentation de ces 6 montres en compétition constitue une parfaite introduction de ce que vous découvrirez lors des prochains articles sur Watch-Her: de l’audace, de la créativité, de l’intéractivité, une autre relation avec le temps, tout un programme que nous nous réjouissons de vous dévoiler.

– François-Xavier Overstake, Equation du Temps

gphg2016_christopheclaret_marguerite_02gphg2016_louis-vuitton_tambour_color_blossom_spin_time_02

gphg2016_mlb_upside_down_01 gphg2016_mlb_upside_down_03 gphg2016_bulgari_serpenti-incantati-tourbillon-lumiere_02gphg2016_girard-perregaud_cats-eye-tourbillon-sous-pont-dor_02 gphg2016_ulysse-nardin_skeleton-tourbillon-pearl_02_0

You Might Also Like

6 Comments

Leave a Reply


*