SPECIAL FX

Special FX: Lady Arpels Pont des Amoureux de Van Cleef & Arpels

14 février 2017

Chaque année, lorsque la Saint Valentin approche, je me pose la question de savoir quelle est la montre qui symbolise le mieux la fête des Amoureux. Je réfléchis, j’écarte systématiquement les montres rose bonbon et celles ornées de coeurs, un peu trop évidentes et presque caricaturales, et immanquablement c’est la Lady Arpels Pont des Amoureux de Van Cleef & Arpels qui revient dans mon esprit.

Ce n’est pas un hasard. Au-delà du fait qu’elle est une des montres icôniques de la Maison de la Place Vendôme, elle possède un atout que beaucoup de pièces horlogères n’ont pas: elle raconte une histoire. Ou plutôt, elle représente une scène que chacun peut interpréter à sa façon. Cette scène est jouée par deux personnages, une femme qui porte une ombrelle et un homme à la rose, évidemment destinée à être offerte à l’élue de son coeur. Ils évoluent sur une représentation onirique du Pont des Arts à Paris et n’ont qu’un seul but: se retrouver! Mais rien n’est simple! L’homme se déplace de la droite vers la gauche et la rose indique les minutes. La femme bouge en sens inverse et l’extrémité de l’ombrelle parcourt la graduation des heures. Le miracle de l’amour intervient alors: les deux amoureux finissent par se rencontrer à midi et à minuit. Hélas, cette rencontre est furtive et le système rétrograde qui anime les deux personnes les renvoie de façon rapide et cruelle à leurs points de départ respectifs.

J’ai rarement vu un système d’affichage du temps aussi bien intégré sur le cadran d’une montre. Sa fonction première, celle d’indiquer l’heure, s’estompe et laisse le premier rôle aux déplacements des personnages. Ils évoluent de façon radicalement différente et j’y vois même une jolie parabole sur les caractères des femmes et des hommes. Indiquant les heures, la femme avance lentement mais sûrement et n’effectue son retour en arrière qu’à midi ou minuit. L’homme est beaucoup plus impatient, rapide mais parcourt une distance beaucoup plus grande car le retour à la case départ s’effectue toutes les heures. J’aime ce clin d’oeil qui donne l’impression que la sérénité fait face à la fougue. J’y vois également une sorte de symbole du paradoxe de l’amour qui est à la fois éphémère (le temps où les deux personnages sont ensemble) et éternel (rien ne les empêche de reprendre inlassablement leur mouvement de rapprochement).

C’est la raison pour laquelle j’aime tellement cette montre. Elle est chargée d’émotion, de subtilité et chaque détail a été pensé et développé pour contribuer à la réussite de la mise en scène des personnages et du décor dans lequel ils se déplacent. Les finitions, pourtant irréprochables et à la hauteur de la réputation de la Maison Van Cleef & Arpels demeurent discrètes pour ne pas perturber l’observation des éléments essentiels. Pourtant, il est intéressant de revenir sur ce qui rend l’atmosphère de la montre si particulière: la scène se déroule la nuit et les équipes de Van Cleef Arpels sont parvenues à recréer l’intensité de la luminosité du  clair de lune qui se projette sur les façades des immeubles parisiens. Un tel effet monochrome a nécessité une technique d’émail dite à « contre-jour » qui donne de la profondeur et du relief au cadran. Les diamants de la lunette sertie sont alors perçus comme une source de lumière supplémentaire qui entoure le cadran et n’apparaissent à aucun moment comme ostentatoires.

Une étoile de la constellation de la Grande Ourse représentée dans le ciel attire notre regard: cette étoile d’or scintille et  évoque la chance dont auront besoin les deux amoureux. Je suis certain qu’elle protégera aussi l’heureuse propriétaire de cette montre envoûtante qui exige cependant un petit rituel quotidien. Le mouvement est en effet à remontage manuel, basé sur un calibre Jaeger-Lecoultre 846 dont la petite taille permet de loger le module du double affichage rétrograde développé par Agenhor dans le boîtier d’une diamètre de 38mm. Le contrepartie de l’utilisation d’un tel mouvement et de la puissance requise par le module est d’obtenir une réserve de marche d’une trentaine d’heures seulement. Mais qui peut oublier de remonter la montre afin de donner vie aux deux personnages? Quelques tours de couronne et le spectacle du lent rapprochement des amoureux peut démarrer. La propriétaire de la montre crée ainsi d’une certaine façon l’étincelle amoureuse… et c’est la raison pour laquelle je ne peux imaginer une montre plus adéquate pour incarner la Saint Valentin que la Lady Arpels Pont des Amoureux!

– François-Xavier Overstake, Equation du Temps

You Might Also Like